ESCUROLLES

Escurolles cultive le « bien vivre ensemble »

Parcourant les différentes communes de la paroisse, nous nous arrêtons aujourd'hui à Escurolles. Une particularité elle est encore chef-lieu de canton, alors que sa population de 740 habitants la classe au 8e rang du canton.

 

 

Escurolles c

 

 

Quelle que soit la route qui mène au bourg, on a des difficultés à trouver l'Eglise. En effet, paroisse donnée en 984 à l'abbaye de Cluny, l'église a connu de nombreuses périodes de construc­tion, de reconstruction et de surélévation. Elle possédait deux clochers. Le premier, à l'Est, fut démoli à la suite de l'orage de 1760. Le second, le clocher porche à l'ouest, fut démoli en 1908 en attendant sa reconstruction...

 

Dernière commune au nord de la plaine de la Limagne, elle étale ses 1367 ha entre les rives de l'Andelot, du Châlon et de l'Ancoutay, accueillant une activité agricole (céréales, oléagineux, betteraves sucrières) et un seul élevage bovin. Au Moyen Age, Escurolles était considéré comme le grenier de toute la région (on venait s'y approvisionner en cas de famine). Aujourd'hui, toute la région a pris l'habitude de s'y rendre le vendredi matin pour se ravitailler en viande ou plats cuisinés de volailles auprès de l'entreprise « Allier volailles » qui emploie plus de soixante personnes.

 

Le bourg est encore desservi par une boulangerie, une épicerie-presse, un bar-tabac. L’atelier des Granges propose ses travaux d'ébénisterie, et de nombreux camions traversent le village pour transporter, vers toute l'Europe, les plants de pommes de terre de Banelle.

 

On peut bénéficier des services d'un médecin, d'un dentiste, d'un cabinet infirmier, d'un taxi, d'une coiffeuse, de la poste et de la médiathèque, ouverte les lundis soirs et samedis matin, et qui accueille aussi les enfants scolarisés dans le cadre de l'association. « Lire et faire lire »  

Escurolles b

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En effet, l'école publique d'Escurolles accueille deux classes maternelles et un cours préparatoire du RPI (Regroupement pédagogique intercommunal pour les communes d'Escurolles, Espinasse-Vozelle, Le Mayet d'Ecole, Monteignet sur l'Andelot, Saint-Pont et Saulzet). Il est à cheval sur deux cantons, Escurolles et Gannat, et sur deux paroisses, Saint-Léger - Sainte-Procule et Notre-Dame des Sources).

 

Depuis quarante ans, la commune accueille aussi une école privée de formation par alternance : la maison familiale rurale avec une centaine d'élèves. De nombreux lotissements ont permis l'installation de nouveaux habitants par l'accession à la propriété et en pavillons locatifs.

 

A l'origine de la bourrée gannatois

 

Les associations permettent aussi de vivre ensemble : le foot, la chasse, la pêche, le club des anciens. Les anciens combattants, la cavalcade depuis 75 ans, le foyer des jeunes, D comme danse, les donneurs de sang, etc. et l'inter-association qui organise chaque année trois jours d'animation au profit du Téléthon.

 

Escurolles a

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Escurolles est ouverte sur le monde : elle est à l'origine de la bourrée gannatoise, puisque la première bourrée y fut dansée en février 1965, et par la suite la Bourrée sera l'initiatrice du festival des cultures du monde. Depuis 1978, Escurolles participe à sa manière au festival en recevant un groupe. Elle accueille aussi chaque été et pendant trois semaines, un groupe de jeunes des chantiers internationaux. C'est également le siège de l'association Pays-d'Escurolles-Lac koboro qui entretient des liens très étroits avec des villages du Nord-Mali.

 

L'église est ouverte tous les jours. On peut y admirer un Christ en majesté (peinture murale du XIIIe siècle) et des vitraux du XIXe et du XXe siècle. Outre les mariages et les obsèques, on y célèbre actuellement quatre messes par an. Mais Escurolles a la chance de posséder sur son territoire, le prieuré et l'oratoire de Notre-Dame de Banelle où tous les jeudis à partir de 18 heures est proposé un temps d'adoration suivi de l'Eucharistie, sans oublier le temps fort du pèlerinage annuel en septembre.

 

Pour moi, qui vis là depuis ma naissance, Escurolles est un village ordinaire où l'on essaie de bien vivre ensemble, tourné vers l'avenir en s'appuyant sur l'expérience des anciens.

Monique Rozier (Escurolles)

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau