LALIZOLLES

Au Pays de Lisolle

Regards est allé à la rencontre du maire de Lalizolle pour la découverte de cette vivante petite commune de 400 habitants du pays des Colettes.

Vue de l eglise et du village

Monsieur le Maire, avez-vous des équipements qui donnent envie de vivre et de rester dans votre village ?

Pour la vie au quotidien, la commune possède une supérette  multi-services qui propose un snack en lien avec le camping proche. Egalement, nous avons acheté un bar-restaurant. L'Estaminet est connu et apprécié des locaux et des touristes qui veulent goûter une vraie cuisine bourbonnaise. En parlant de tourisme, le camping est ouvert toute l'année. L'installation de 12 chalets et d'une piscine chauffée l'été avec maître nageur pour les leçons de natation et l'acqua-gym, permettent de réaliser 5000 à 6000 nuitées. Le groupe scolaire accueille les 40 élèves de Lalizolle, Sussat, Chouvigny et Nades. Un jardin d'enfants avec 18 petits a été créé puisque nous n'avons pas de classes maternelles. Un stade est ouvert pour la pratique du football.

Vin d honneur a l estaminet

 

 

 

 

L'église paroissiale, dédiée à Ste Marie, est de style roman, agrandie au 13e siècle.

Anne marie et jesus

Vue interieur eglise

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Point de vue économique, votre cité est-elle à vocation agricole ?

L'agriculture repose sur l'élevage  avec 9 exploitations. Un éleveur de porc vient d'ouvrir un laboratoire de transformation de sa production avec un magasin de vente en direct au public en fin de semaine de ses produits. Sur les 2 300 HA de notre territoire où naît la rivière Veauce, la moitié est recouverte par les forêts de Veauce et des Colettes, d'où la présence d' une scierie avec 8 employés qui fabrique des emballages industriels.

 

Comme autre activité, Il faut citer un autre restaurant installé à la Croix des Bois, des artisans tels maçon, ferronnier, platrier, entreprise de terrassement et un commerce de bestiaux.

 

Les jeunes familles qui vivent ici  vont travailler dans les alentours ou à Clermont ou Gannat.

 

La vie associative est-elle très vivante dans votre commune ?

De nombreuses associations sont présentes pour rassembler la population. Le foyer rural joue le rôle de comité des fêtes. Un club de l'amitié regroupe 15 à 20 anciens de Lalizolle. Pour les plus jeunes, un club de foot associé avec Echassières et pour les passionnés de boules, un club de pétanque à Boënat. Les chasseurs sont regroupés dans la société de chasse St-Hubert.

Depuis dix ans, une association très active «   Le Pays de Lisolle »  collecte et sauvegarde l'histoire locale, la généalogique, fait l'inventaire du patrimoine. Elle possède, en partenariat avec la mairie, un conservatoire de fruits anciens (poires, pommes, pèches) et un de cépages anciens sur le hameau de Chalouze. Elle édite un bulletin « Le Couérail ». Une fois par mois, elle met à l'honneur le patois local.

 

La fête de l'Oeuf à Pâques avec sa brocante draine les chineurs des communes avoisinantes.

 

Quelques paroissiens a l issue de la messe patronale

 

Parlez-nous du hameau de Boënat qui est caractéristique ?

Boênat a été rattaché à la commune de Lalizolle à la Révolution. Il avait sa propre identité. Il possédait sa chapelle dépendant de l'ordre de St Jean de Jérusalem,  son école qui, dans les années 50, était fréquentée par 70 élèves et 4 ou 5 cafés. Sur les 900 habitants de la commune au début du 20e, plus de la moitié vivait à Boënat, en raison de la présence des mines de kaolin qui ont été fermées en 1960/1962. Il est maintenant quelque peu déserté, environ une centaine de personnes y  réside actuellement. Cependant, il reste très vivant. On peut se retrouver le soir, l'été, sur la place, pour jouer à la pétanque. Autrefois, c'était une expédition pour rejoindre ce hameau distant de 4 kms, il fallait traverser la Veauce et la route était peu praticable. Il y avait une certaine animosité entre les hommes de Boënat et ceux de Lalizolle.

En conclusion, nous pourrions dire que les Lalizollois bougent. La commune a toujours été un lieu de carrefour vivant.

 

 

 

 

                                                           Interwiew de Monsieur Jean Claude  Magot par Christiane Méténier (Jenzat)

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau