POEZAT

A la découverte de Poëzat

Regards est allé à la rencontre du Maire Adjoint de Poëzat pour découvrir ce petit village très fleuri.

 

Votre village semble petit ?

Notre commune est petite en superficie et en nombre d'habitants : 120. Les habitations sont groupées dans le centre du village. Nous avons deux hameaux plus éloignés.

Les familles qui vivent ici travaillent  soit sur Vichy soit sur Clermont qu'ils rejoignent par train.

Ces dernières années, deux à trois maisons ont été construites par an. Le terrain constructible est moins cher que sur le département du Puy-de-Dôme  limitrophe de notre commune.

 

Petit poezat

Lorsque nous arrivons de Gannat, le hameau du Petit Poëzat a une particularité. Il est partagé en deux sur les communes de Gannat et Poëzat. Pourquoi ?

Pour devenir Sous Préfecture, au 19e, Gannat devait avoir une certaine superficie et un certain nombre d'habitants.  Il a été pris d'office des terrains sur les communes avoisinantes. Ainsi la partie droite de ce hameau a été intégrée à Gannat. Il était même projeté d'acheter toute la commune, sauf l'église, La partie gauche est sur notre commune. La route est mitoyenne avec Gannat.   Les habitants du petit Poëzat rattachés à Gannat n'ont pas les mêmes taux de taxes que ceux de l'autre côté de la route. Egalement, ils ne sont pas convoqués pour le repas des Anciens de la commune, ni ne peuvent acheter une concession au cimetière.

 

La vocation de votre village est plutôt agricole ?

Il reste peu d'agriculteurs, 4 céréaliers et un éleveur de vaches charolaises pour la viande, «  un cheptel d'environ 200 têtes (vaches et veaux) « nous préciseront M.et Mme HIVET, parents de cet éleveur. Egalement nous avons une petite entreprise d'entretien d'espace vert et un couple, spécialisé dans la confection de tartiflettes,  qui participe par son stand aux différentes foires régionales.

 

Avez-vous une école à Poëzat ?

Tous nos enfants (11 élèves) sont scolarisés dans les écoles primaires de Gannat qu'ils rejoignent par car. Nous sommes ici dans la salle du Conseil Municipal et c'était notre école. Vous pouvez voir le tableau que nous avons gardé.

 

Poëzat est connu par sa brocante. D'autres manifestations animent-elles la vie communale ?

L'association Culturelle du Petit Poëzat organise la fête patronale, le réveillon du 1er de l'An et bien sûr la brocante et une randonnée pédestre le 8 Mai. La salle polyvalente inaugurée en 2000 est très demandée en location pour des manifestations  du fait de sa situation en pleine nature. Les jeunes de la commune vont pratiquer le football au club de Charmes. Nous avons également un relais de la médiathèque départementale.  Notre bibliothèque a reçu un don important de livres d'une habitante de Charmes qui avait appris à lire à Poêzat. A son décès sa fille avait ordre de léguer ses livres à notre commune.

Interieur eglise poezat

Nous allons voir votre petite église ?

Elle date du 12e. Actuellement, elle est fermée provisoirement en raison d'une chute de  pierres et de plâtre de la voute. Une partie de la toiture est en lauze. Une étude est en cours pour la réfection de cet édifice. Si vous voulez faire sonner la cloche, il faut  tirer la corde qui l'actionne. Pas d'horloge au clocher. L'église est dédiée à Saint Julien. Il est à remarquer le vitrail de Jeanne d'Arc qui a été financé par deux familles dont les hommes sont revenus vivants de la Grande Guerre et il a été réalisé par un verrier originaire de Poëzat qui travaillait à Paris.

Vitrail jeanne d arcSt julien 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En conclusion, comment voyez-vous l'avenir de Poëzat ?

Malgré la progression de l'habitat, l'augmentation de la population n'est pas pertinente. Les jeunes qui étaient là il y a 20 ans partent s'établir à l'extérieur pour leur vie professionnelle. Comme beaucoup de petites communes, l'avenir est incertain en raison de la politique actuelle de regroupements de communes.

 

                                                                       Propos recueillis par Christiane Méténier (Jenzat)

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau