Réconciliation

Bien que le baptisé se soit engagé à suivre le Christ, il demeure un être humain faillible, qui conserve des attaches avec le péché. Le sacrement de pénitence ou réconciliation permet de rentrer dans la grâce de Dieu en recevant son pardon, qui aide à repartir et à cheminer en compagnie du Seigneur. C’est un réconfort nécessaire qui aide aussi à retrouver la force. Nul n’est trop loin pour Dieu.

A plusieurs reprises au cours de l’année, pour se préparer aux grandes fêtes chrétiennes, sont organisées sur notre paroisse des célébrations pénitentielles avec absolution individuelle : voir Agenda.

Si vous souhaitez rencontrer le prêtre pour un entretien individuel débouchant sur le sacrement, n’hésitez pas à lui laisser un message pour qu’il vous rappelle et convienne avec vous d’un rendez-vous.


Pourquoi recevoir ce sacrement ? 

 

Parce que la vie nouvelle de la grâce, reçue au baptême, n'a pas supprimé la faiblesse de la nature humaine, ni l'inclination au péché, le Christ a institué ce sacrement pour la conversion des baptisés qui se sont éloignés de lui par le péché.
 

Recevoir le Sacrement de la Réconciliation est toujours une démarche personnelle ; c'est le prêtre qui au nom du Christ, nous donne le Pardon de Dieu.

 

Le Christ ressuscité a institué ce sacrement quand il est apparu à ses apôtres, le soir de Pâques, et qu'il leur a dit : "Recevez l'Esprit Saint ; tout homme à qui vous remettrez ses péchés, ils lui seront remis ; tout homme à qui vous maintiendrez ses péchés, ils lui seront maintenus". Abrégé du Catéchisme de l'Eglise Catholique - n°297 & 298

 

Quelques paroles du Curé d’Ars sur le sacrement du pardon :

« Ce n'est pas le pécheur qui revient à Dieu pour lui demander pardon, mais c'est Dieu qui court après le pécheur et qui le fait revenir à lui. »

 

« Le bon Dieu est toujours disposé à nous recevoir. Sa patience nous attend ! »

 

« Il y en a qui disent : “J'ai trop fait de mal, le Bon Dieu ne peut pas me pardonner”. C'est un gros blasphème. C'est mettre une borne à la miséricorde de Dieu, et elle n'en a point : elle est infinie. »

 


 Voici, un extrait de la parole de Jésus à sœur Marie Faustine Kowanska (1905-1938), une sainte Polonaise, canonisée n l’an 2000, surnommée l'apôtre de la Miséricorde :

« Nos fautes sont des grains de sable à côté de la grande montagne des miséricordes de Dieu. »

 

‘Aujourd'hui, le Seigneur m'a dit : « Ma fille, quand tu t'approches de la sainte confession, de cette source de ma miséricorde, le sang et l'eau qui sont sortis de mon cœur se déversent sur ton âme et l'ennoblissent. Chaque fois que tu te confesses, plonge-toi entièrement dans ma miséricorde avec grande confiance, pour que je puisse déverser en ton âme toutes les largesses de ma grâce. Quand tu vas te confesser, sache que c'est moi-même qui t'attends dans le confessionnal, je me dissimule seulement derrière le prêtre, mais c'est moi seul qui agis dans l'âme. Ici, la misère de l'âme rencontre le Dieu de miséricorde. Dis aux âmes qu'à cette source de miséricorde, les âmes ne puisent qu'avec le vase de la confiance. Lorsque leur confiance sera grande, il n'y aura pas de bornes à mes largesses. Les torrents de ma grâce inondent les âmes humbles. Les orgueilleux sont toujours dans la misère et la pauvreté car ma grâce se détourne d'eux pour aller vers les âmes humbles. »’ (Petit Journal, 1602)

 

pour mieux connaitre la vie de  cette sainte, aller la voir sur le site du Vatican : 

 http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20000430_faustina_fr.html

 

Reconciliation